Les 10 pièges à éviter lorsque l’on peint soi-même

Les 10 pièges à éviter lorsque l’on peint soi-même

Vous êtes décidé, vous allez enfin repeindre cette pièce qui vous titille depuis un moment. Mais avant de vous lancer, il est important de prendre en compte ces 10 pièges que vous pourriez sans doute rencontrer.

  • N°1 Se lancer sur un coup de tête : 

Avant de vous lancer, pensez à bien établir votre projet et à vous organiser, mais aussi et surtout vous renseigner des conditions météorologiques car le climat a toute son importance.

S’il fait trop froid la peinture aura du mal à s’appliquer et mettra du temps à sécher, s’il fait trop chaud elle séchera trop vite, et s’il y a du vent faites attention aux poussières qui pourraient venir se coller contre la peinture toute fraîche…

  • N°2 Ne pas avoir protégé son chantier : 

Vous n’êtes pas à l’abri d’un pot de peinture qui tombe ou d’une éclaboussure de peinture. Pensez donc à bien protéger votre sol avec une bâche, essayer de vider votre pièce le plus possible pour gagner le plus de place possible (et protéger vos meubles), ou bien placer les au centre sous une grande bâche ou sous d’anciens draps.

Protégez-vous aussi avec de vieux habits dans lesquels vous vous sentez bien, et attacher vous les cheveux pour ne pas les peindre aussi à l’occasion…

  • N°3 Ne pas avoir le matériel adapté : 

Des pinceaux abîmés, un rouleau tout effrité… Si la pratique a son importance, le matériel va lui-aussi jouer sur le rendu de votre peinture. Préférez un matériel de qualité tel qu’un pinceau avec de longs poils et des tailles différentes selon les surfaces à peindre ; un bac adapté à votre rouleau ; un rouleau assez grand…

  • N°4 Ne pas avoir préparé ses murs : 

Vos murs détiennent des trous et des fissures ? Sachez que la peinture ne les recouvrira pas, bien au contraire… ils ressortiront davantage. Pensez à bien préparer la surface à peindre en rebouchant les trous, en ponçant vos murs, en les lessivant en cas de traces grasses… Évitez le plus de défauts possibles pour un beau rendu.

  • N°5 Ne pas avoir testé ses peintures : 

Cette étape est souvent oubliée, on peut trouver une peinture très jolie et puis une fois appliquée être déçu de son rendu. Une peinture n’a pas le même rendu selon la lumière et la matière.C’est pourquoi, afin d’être sûr de votre choix, il faut tester votre peinture en demandant par exemple un échantillon ou en l’appliquant sur un morceau de carton blanc.

  • N°6 Appliquer trop ou pas assez de peinture : 

Si vous appliquez trop de peinture sur votre pince ou votre rouleau, vous risqueriez de provoquer des coulures, et si vous n’en mettez pas assez, la peinture pourrait sécher plus vite et laisser des traces.
Pour éviter ces deux cas, il faut mélanger votre peinture avant de l’utiliser avec par exemple une baguette en bois.

Ne trempez pas votre rouleau en entier dans le pot, une seule partie suffit puis passez-le sur la grille pour enlever les excédents de peinture.

  • N°7 Ne pas avoir assez de peinture : 

Ne sous estimez pas votre besoin en peinture car vous pourriez vous retrouvez en manque de peinture en plein milieu de vos travaux. Pensez à faire une estimation en calculant la surface totale que vous souhaitez peindre avec le nombre de litres dans un pot de peinture. Il vaut mieux en avoir trop que n’en avoir pas assez.

  • N°8 Commencer à peindre le centre du mur : 

Il est préférable de commencer à peindre les coins et les bords de votre mur et ensuite de vous diriger vers le centre du mur. Dans le cas contraire, vous risqueriez de laisser des traces apparentes sur votre mur qui ne donneront pas un très bon rendu.

  • N°9 Oublier de passer la sous couche  : 

Si vous souhaitez un beau rendu et une application plus facile de votre peinture, il ne faut pas négliger cette étape. Ne pas faire de sous-couche pourrait rendre l’application difficile et votre mur pourrait être beaucoup plus absorbant.

  • N°10 Ne pas connaître les différentes finitions : 

Mate, brillante, satinée… Ces finitions ne sont pas les mêmes selon les pièces et les surfaces, mais comment bien les différencier pour ne pas se tromper.

Mate : Elle recouvre toutes les petites imperfections et donne un rendu assez sobre. Elle convient très bien au plafond et aux chambres. Elle n’est par conséquent lavable mais pas lessivable, il faudra alors éviter les chambres des enfants (qui salissent souvent les murs) ou encore les pièces humides comme la salle de bain et la cuisine.

Brillante : Elle ne recouvre pas les imperfections et fait ressortir tous les petits détails, il faut donc faire attention à son utilisation. Elle a cependant le « pouvoir » de renvoyer la lumière et d’agrandir les espaces. C’est une finition lessivable qui est conseillée pour les salles d’eau comme la salle de bain ou encore la chambre des enfants et le couloir.

Satinée : C’est la finition la plus utilisée puisqu’elle s’adapte à toutes les pièces et à tous les supports. Elle est résistante, lessivable, lavable et renvoi également la lumière en donnant un effet d’agrandissement des espaces.